Située sur la rive est de la péninsule de Shimabara, la ville est dotée de tant de sources naturelles que son surnom est la ville de l'eau. Shimabara a également été le catalyseur d'un chapitre très sanglant de l'histoire japonaise, lorsqu'une armée de rebelles s'est levée et a tenté de renverser leur dirigeant oppressif installé par Tokugawa lors d'un événement connu sous le nom de rébellion de Shimabara (1637-1638).

Rebellion de Shimabara

shimabara revolte

Shigemasa Matsukura dirigeait violamment Shimabara, promulguant des exécutions massives de chrétiens, des travaux forcés et des taxes exorbitantes pour financer la construction du château de Shimabara. Les habitants se sont révoltés – d’abord les paysans, puis les ronin catholiques – et ont tenté d’assiéger le château de Shimabara. Lorsqu’ils ont échoué, le groupe s’est déplacé plus au sud et a pris le contrôle du château voisin de Hara pendant plusieurs mois avant d’être finalement vaincu par les forces Tokugawa. L’armée gouvernementale a ensuite massacré les rebelles, au nombre de 27 000, y compris des femmes et des enfants, anéantissant la quasi-totalité de la population de la péninsule de Shimabara.

Château de Shimabara

shimabara chateau

Le château de Shimabara est un château aux murs blancs construit au début de la période Edo en tant que siège du seigneur féodal local. Le château était la pièce maîtresse extravagante du domaine féodal et était bien plus grand que ceux trouvés dans les domaines de statut similaire.

Shimabarajo a finalement été détruit pendant la période Meiji (1868-1912). Les bâtiments actuels sont des reconstructions en béton de 1964. Le donjon de cinq étages abrite le musée de la tour du château avec une collection d’artefacts chrétiens extraits des ruines du château, des armes et des armures. Une terrasse d’observation au 5ème étage offre une vue sur le mont Unzen et sur l’eau jusqu’à Kumamoto par temps clair.

L’une des tourelles (yagura) derrière le donjon abrite le Seibo Memorial Hall, un musée d’art qui expose le travail de Kitamura Seibo, le célèbre sculpteur qui a réalisé la statue du parc de la paix de Nagasaki. Le musée possède une collection de ses œuvres, notamment des croquis, des statues et des modèles conceptuels de la statue du parc de la paix de Nagasaki. Plusieurs autres de ses statues peuvent être vues devant le musée.

D’autres petits musées autour du château comprennent un musée folklorique avec des objets de la vie quotidienne du XXe siècle, le Sightseeing Revival Hall avec une petite exposition sur l’éruption du mont Unzen en 1990-1995 et la tourelle ouest avec une exposition de poupées kokeshi et tenugui (essuie-mains traditionnels) avec des imprimés de célèbres châteaux japonais.

Mont Unzen

shimabara unzen

Le mont Unzen est un volcan actif au centre de la péninsule de Shimabara, qui est entrée plusieurs fois en éruption au cours des cent dernières années avec des résultats mortels. (Plus d’infos ici)

Mémorial du Mont Unzen

Le Mount Unzen Disaster Memorial Hall (Unzendake Saigai Kinenkan) est un musée qui a été construit pour commémorer l’éruption du volcan dans les années 1990 et la catastrophe qui a suivi. Le musée présente des expositions et des vidéos pour éduquer les visiteurs sur le fonctionnement des volcans et comment ils affectent la vie de ceux qui vivent à proximité. Le clou de l’exposition est le simulateur d’éruption, un film immersif qui tente de simuler un écoulement pyroclastique en utilisant le mouvement et la chaleur.

Un audioguide gratuit en anglais est fourni avec des explications détaillées sur les expositions et les vidéos. L’entrée coûte 1050 Yens.

Parc Mizunashi Honjin

Ce parc commémoratif est situé à l’intérieur de la gare routière de Mizunashi Honjin Fukae et présente 11 maisons (conservées dans leur état d’origine) ensevelies par la coulée de débris de l’éruption volcanique du mont Unzen en 1992.

La vitesse de la coulée de débris au moment de l’éruption était assez lente, par conséquent, au lieu de détruire et d’effondrer les maisons, elle a enterré les maisons avec des débris mesurant 2,8 à 3 mètres de haut.

Les maisons sont ouvertes au public, la visite est gratuite.

Sources de Shimabara

shimabara canal

Shimabara est également connue pour son eau de source et sa culture de l’eau profondément attachée à la vie quotidienne des résidents locaux. La source jaillit dans plus de 30 points d’eau dans la ville, le volume quotidien total s’élève à 22 000 tonnes.

L’histoire de l’eau de source de Shimabara remonte au 17ème siècle lorsque les premiers canaux d’eau ont été construits. Aujourd’hui, les voies navigables d’origine fonctionnent toujours sur l’ancien site de résidence des samouraïs. Parmi les résidences locales, certaines maisons ont des jardins d’eau structurés de manière unique en utilisant une eau de source abondante. Une autre caractéristique intéressante de Shimabara est le quartier calme bordé de canaux étroits où l’on peut voir de nombreuses carpes japonaises ou « koi ». On pense que la koi apporte chance et abondance.

D’autres sources d’eau bien connues incluent « Eri Shrine », « Hamanokawa Spring », « Okegawa Araiba » et « Spring of Shinwa » entre autres que l’on peut rencontrer très facilement lors d’une promenade, de sorte que la ville n’ennuie jamais les visiteurs toute l’année.

Se rendre à Shimabara

De Nagasaki, prenez un train JR de Nagasaki à la gare d’Isahaya (15 minutes, environ 1000 yens en express limité ou 30 minutes, 480 yens en train local). À la gare d’Isahaya, changez pour le chemin de fer Shimabara (Shimatetsu) jusqu’à la gare de Shimabara (70 minutes, 1460 yens, 1-2 trains/heure) ou un bus Shimatetsu jusqu’à Unzen Onsen (90 minutes, 1400 yens, 1 bus/heure). Les trains JR de Nagasaki à Isahaya sont entièrement couverts par le Japan Rail Pass, mais les trains et les bus de Shimatetsu ne le sont pas.

Nagasaki Kenei Bus exploite des bus directs peu fréquents entre la gare routière de Nagasaki et le centre d’accueil des visiteurs d’Unzen Onsen. Le trajet aller simple dure environ 100 minutes et coûte 1850 yens.

Se loger à Shimabara

Booking.com

Vous pouvez également aimer :

1 commentaire

Laisser un commentaire