La région de Tōhoku est une des régions du Japon. Tōhoku signifie nord-est en japonais ; cette région couvre en effet le nord-est de l’île de Honshū, l’île principale du Japon. Cette région, parfois également nommée Michinoku, est formée de six préfectures : Akita, Aomori, Fukushima, Iwate, Miyagi, Yamagata. Son nom est dérivé des termes japonais tō («est») et hoku («nord»). La région est également connue sous le nom de Ōu, en référence à sa principale chaîne de montagnes. Tohoku occupe près d’un cinquième de la superficie totale du Japon, mais contient moins d’un dixième de la population totale du pays. Le poète de haïku Matsuo Basho a traversé Tohoku à la fin du XVIIe siècle, il craignait de ne jamais rentrer chez lui après le dur voyage. Pour Basho, qui a écrit sur le voyage dans son chef-d’œuvre Oku no Hosomichi (La route étroite vers une province lointaine).

Histoire

yuno col matsu basho

À la fin du 7e siècle, la région de Tōsandō a été identifiée comme l’une des huit plus grandes zones administratives du système impérial (ritsuryo seido). Gokishichidō est un ancien système de noms pour certaines parties du pays, y compris Tōsandō. Tōhoku couvre la zone nord de l’île de Honshū dans dans un tracé similaire au  Tōsandō traditionnel.

Dans la période Meiji, le système régional moderne a été créé par décret impérial. Le Japon était divisé en régions (chihō), y compris la région de Tōhoku. Un conseil régional (chihō gyōsei kyōgisai) était dirigé par le gouverneur de la préfecture la plus puissante du groupement régional. Le conseil comprenait également des chefs régionaux des ministères du gouvernement central.

Au fil du temps, Tōhoku a développé ses propres dialectes régionaux, ses coutumes et sa culture traditionnelle unique. Tōhoku est célèbre pour l’agriculture. Aujourd’hui encore, de nombreux types de légumes y sont cultivés.

Que visiter dans le Tohoku ?

                Baie de Matsushima et Shitaikan

baie de matsuhsima

Avec Amanohashidate à Kyoto et Miyajima à Hiroshima, la baie de Matsushima est connue comme l’une des trois plus belles vues panoramiques du Japon. La baie est semée de quelque 260 îles de différentes tailles. Les meilleurs emplacements pour une vue panoramique de ces îles sont connus sous le nom de Shitaikan et chaque emplacement a un surnom décrivant sa vue.

Sokan (vue magnifique) depuis le mont Otakamori à 105,8 m d’altitude offre une vue sur la baie de Matsushima depuis l’est. Les visiteurs peuvent profiter d’une vue panoramique à 360 ° sur la baie de Matsushima tout en se sentant comme s’ils étaient dans leur propre villa privée sur l’eau. La vue comprend les falaises de Sagakei et la lointaine chaîne de montagnes Zao.

Reikan (vue élégante) depuis le mont Tomiyama à 116,8 m d’altitude est le point de vue le plus élevé du Shitaikan. Les visiteurs peuvent profiter d’une vue sur la baie de Matsushima depuis le jardin paisible du temple Daigyoji consacré a Tomiyama Kannon au sommet de la montagne.

Ikan (vue grandiose) depuis le mont Tamon à 55,6 m d’altitude offre une vue sur la baie et le port de Shiogama avec ses navires entrant et sortant.

Yukan (vue spirituelle) depuis les hautes terres d’Ogidani à 55,8 m d’altitude offre une vue panoramique sur la baie de Matsushima et la belle entrée en forme d’éventail qui s’étend jusqu’à la baie devant vous. Le Yukan est également connu pour son étonnant affichage de feuilles d’automne.

                Zone d’Aizu et aizuwakamatsu

aizu wakamatsu

La région d’Aizu-Wakamatsu est située dans une vallée, cernée de beaux paysages en particulier lors des fortes chutes de neige en hiver. C’était une base très importante pour le shogunat et le théatre de l’une des plus grandes batailles entre le shogunat et le gouvernement impérial Meiji pendant la guerre de Boshin. La célèbre histoire des Byakkotai, les 19 adolescents samouraïs qui se sont suicidés alors qu’ils pensaient qu’Aizu était tombé aux mains des forces impériales, s’est déroulée sur le mont Iimori, l’une des montagnes qui entoure la région.

L’eau de la région est très propre en raison du ruissellement des neiges fondues, ce qui favorise de belles sources chaudes, un saké délicieux et une excellente cuisine. Entre les paysages à couper le souffle, l’histoire dramatique et la bonne nourriture, Aizu-Wakamatsu est une étape à ne pas manquer.

                Kakunodate et son quartier de samourai

Kakunodate est une ancienne ville fortifiée qui a prospéré pendant la période Edo. Connue sous le nom de «Petit Kyoto de Tohoku», la ville abrite un quartier de deux kilomètres de rayon composé de résidences de samouraï dans une architecture traditionnelle appréciée des touristes nationaux et internationaux. Les résidences de samouraï qui bordent la rue la plus célèbre de la ville sont des bâtiments traditionnels protégés au niveau national.

Bien que certaines d’entre elles soient toujours des maisons fonctionnelles, les résidences sont ouvertes au public afin que les visiteurs puissent avoir une idée de la vie traditionnelle des samouraïs. Les touristes peuvent voyager dans le temps jusqu’à la période Edo en se promenant dans un kimono antique loué dans l’un des magasins de la ville. Une promenade en pousse-pousse depuis le musée Kakunodate Denshokan pourra parfaire l’expérience.

La ville est charmante toute l’année avec les fleurs de cerisier printanières, des verts d’été éclatants, des feuilles d’automne colorées et des scènes d’hiver enneigées. Le quartier traditionnel offre une rangée de cerisiers pleureurs dont les fleurs roses s’épanouissent en contraste magnifique avec les murs noirs des résidences de samouraï, 162 des 400 cerisiers pleureurs sont des trésors naturels. Kakunodate est donc très populaire d’Avril à Mai.

Pèlerinage des 4 temples du Tohoku

chuson ji iwate

Moins populaire ou connu que le pèlerinage des 88 temples de Shikoku, ces quatre temples, le Chuson-ji et le Motsu-ji d’Hiraizumi, le Risshaku-ji de Yamagata et le Zuigan-ji de Matsushima ont une importance historique, culturelle et une esthétique.

Ils ont inspirés le poète Matsuo Basho qui écrivit pour chacun un haïku.

Si vous décidez de faire la visite des quatre temples, n’hésitez surtout pas à acheter (dès le premier que vous visitez) un carnet pour collectionner les sceaux(goshuin) que vous pourrez acheter dans chacun des temples. Le carnet se vend 100 Yens et chaque sceau coute 300 Yens.

Se rendre dans le Tohoku

La région du Tohoku est accessible depuis la capitale (Tokyo) par divers moyens de transport, tels que le train à grande vitesse (shinkansen), l’avion ou le bus express. Le train à grande vitesse s’arrête dans pratiquement toutes les villes de la région, ce qui permet de se déplacer très facilement au cœur de la région. En outre, chaque préfecture de la région de Tohoku possède des aéroports avec des vols directs depuis d’autres grandes villes du Japon, telles que Sapporo, Nagoya, Osaka, Fukuoka et bien d’autres.

Vous pouvez également aimer :

3 commentaires

  1. […] "Tokaido" (東海 道, route maritime de l'Est) ( à l’instar du Tohoku)est l'une des cinq plus anciennes routes du Japon. Son nom vient du fait que la route a parcouru la […]

Laisser un commentaire