Située dans la partie sud-ouest de la préfecture d'Iwate, Hiraizumi compte plus de 3 000 trésors nationaux et sites historiques entourés de jardins idylliques. La région de Tohoku dans le nord-est du Japon a prospéré au 11ème siècle sous le règne du clan Fujiwara, et Hiraizumi était le centre de cette prospérité.

Chuson Ji

hiraizumi chuson ji

Le temple Chūson-ji a été fondé en 850 par Ennin (Jikaku Daishi), un prêtre de haut rang du temple du mont Hiei Enryaku-ji. Au début du XIIe siècle, la construction de temples à grande échelle a été réalisée par Kiyohira, le fondateur du clan Ōshu Fujiwara.

Kiyohira a construit le temple Chūson-ji afin de réconforter les âmes de tous ceux qui sont morts, qu’ils soient amis ou ennemis, dans l’ancienne guerre de neuf ans et la dernière guerre de trois ans qui avaient été menées dans la région de Tohoku pendant la seconde moitié du 11ème siècle. Il voulait établir une société paisible et idéale suivant les enseignements de Bouddha, à Michinoku, considérée comme la région la plus reculée du Tohoku. Kiyohira, qui avait été contraint à des batailles sanglantes et avait perdu sa famille pendant la guerre, résolut de ramener la paix dans la région.

Achevé en 1124, le Konjikidō est le seul édifice qui subsiste du Chūson-ji. Cette salle Amida dorée est recouverte de feuilles d’or à l’intérieur et à l’extérieur. L’ornementation à l’intérieur du temple est remarquable. Les quatre piliers, les autels et les tirants sont incrustés de nacre, de ferrures en métal gravé et de laque. L’ensemble du temple est une œuvre d’art qui rassemble les techniques artistiques les plus sophistiquées de la fin de l’ère Heian.

Takkoku no iwaya

hiraizumi takkoku

La divinité bouddhiste Bishamonten est enchâssée dans cette salle à l’intérieur d’une grotte, en mémoire de la victoire militaire de Sakanoue no Tamuramaro au IXe siècle. La salle Bishamondō, construite sous une falaise en surplomb, a été reconstruite à plusieurs reprises après des incendies. La grande statue du roi de la sagesse bouddhiste Fudō Myōō (désignée bien culturel par la préfecture) et le Ganmen Daibutsu (une image de Bouddha sculptée dans la roche et la plus septentrionale du Japon) sont particulièrement remarquables. L’ensemble du site a été désigné site historique.

Takadachi

Takadachi, également appelé Hangandate, est une colline à l’est du temple Chūson-ji. La salle Gikeidō se dresse sur Takadachi, qui serait le lieu de la mort du héros Minamoto no Yoshitsune. De cet endroit, où le fidèle serviteur de Yoshitsune, Benkei, a fait son dernier combat, vous pouvez voir la rivière Koromo et la rivière Kitakami couler doucement en contrebas.

Mont Kinkeisan

Cette montagne est située à mi-chemin entre les temples Chūson-ji et Mōtsū-ji. Il y a un tumulus sutra au sommet de la montagne. Des légendes racontent qu’une statue dorée d’un coq est enterrée ici pour protéger Hiraizumi, et que le sommet de la montagne a été élevé en une nuit, avec des ouvriers alignés depuis la rivière Kitakami. Le poète haïku Matsuo Bashō a écrit dans son récit de voyage, « La route étroite vers le Grand Nord » : Je suis tombé sur le manoir de Lord Hidehira, qui avait été complètement réduit à des rizières. Seul le mont Kinkeisan a conservé sa forme d’origine.

Motsuji

hiraizumi motsuji

Le temple Mōtsū-ji a été fondé en 850 par Ennin (Jikaku Daishi), mais la plupart des salles ont été construites au 12ème siècle, pendant la période allant de Motohira, le seigneur Fujiwara de deuxième génération, à Hidehira, le seigneur de troisième génération. Avec 40 temples et 500 quartiers de prêtres, sa taille et sa splendeur rivalisaient avec celles du temple Chūson-ji. Après la chute du clan Ōshu Fujiwara, tous les bâtiments ont été détruits par des incendies, naturels ou lors de conflits, mais le jardin de la Terre Pure avec l’étang Oizumi ga Ike et les fondations des temples de la période Heian ont été maintenus dans un état presque parfait. Mōtsū-ji est désigné à la fois comme site historique spécial et lieu de beauté pittoresque.

Le créateur du jardin est inconnu, cependant, il est évident qu’il était un expert du Sakutei (un traité du XIe siècle sur la création de jardins) car des éléments de conception de style Sakutei peuvent être vus dans de nombreux endroits.

Le jardin a été réalisé autour d’un grand étang avec deux îles, une presqu’île sur la rive sud-est et trois sur la rive sud. Du côté nord de l’étang se trouvent les vestiges d’une salle Kondō (principale) avec un clocher et une tour de dépôt de sutra. On dit que dans le jardin d’origine, des ponts reliaient cette salle à l’îlot central et à la grande porte sud, et sur la base de ces informations, nous savons qu’elle a été conçue dans le style shinden-zukuri (résidentiel aristocratique). L’îlot central est courbé comme une virgule, et des pierres rondes sont disposées sur les bords de l’étang et de l’îlot. L’une des plus belles scènes du jardin est celle de la petite île au large de la péninsule sur le côté sud-est de l’étang où un rocher dressé, de plus de 2 m de haut, est incliné exactement à angle droit pour équilibrer la perspective de la large étendue de l’eau .

Se rendre à Hiraizumi

Hiraizumi est accessible depuis Tokyo via la ligne JR Tohoku Shinkansen. En arrivant à la gare d’Ichinoseki, prenez la ligne locale Tohoku et montez jusqu’à la gare de Hiraizumi. Le trajet complet dure environ deux heures (7480 Yens).

Se loger à Hiraizumi

Booking.com

Vous pouvez également aimer :

Laisser un commentaire